Nutrition Quebec, une source fiable d'informations et de conseils en nutrition!

Manger sans culpabilité!

Manger est un acte quotidien et essentiel. Personne ne vous apprendra que pour combler ses besoins en énergie, en vitamines et minéraux, l’alimentation est un carburant indispensable! Alors pourquoi bon nombre de personnes viennent-elles à redouter ces moments, angoissées à l’idée qu’il faut manger?

Le poids, une obsession?

La gestion du poids est à l’heure actuelle une des plus grandes préoccupations des femmes et des hommes. Bizarrement, l’obsession de la minceur est à l’égal du taux d’obésité… Paradoxale peut-être pas? En effet, la culture de la minceur amène généralement un historique pondéral plus ou moins stable. Bon nombre de personnes viennent à développer une obsession du poids à la suite de régimes qui n’ont malheureusement pas fonctionné. Ces échecs répétés de régime, souvent assez draconiens, ont pour effet d’accentuer l’obsession du poids et développer par le fait même le phénomène du yo-yo.

Le phénomène yo-yo, c’est quoi?

Ce qu’on nomme le phénomène yo-yo est en réalité la variation répétée de poids chez une personne qui fait régulièrement des régimes. Très souvent, la perte et la reprise du poids s’effectuent sur une période de temps relativement courte. La prise de poids survient généralement très peu de temps après l’arrêt du régime. Une des caractéristiques de l’effet yo-yo est que la personne aura tendance à perdre du poids de plus en plus difficilement pour ensuite regagner le poids perdu en totalité et parfois davantage. L’explication, la variation trop brutale du changement alimentaire, souvent assez restrictif, occasionnant un ralentissement du métabolisme de base.

En finir avec les régimes!

Afin de mettre un terme à cette lutte continuelle qui met en jeux notre poids, notre estime personnelle et les aliments, il est grand temps de poser un regard différent sur notre alimentation. C’est ce que propose le livre « Mangez » de Guylaine Guevremont Dt.P. et Marie-Claude Lortie. Cet ouvrage nous explique très simplement l’effet dévastateur de la privation et de la restriction sur la gestion du poids.

Mangez de Guylaine Guevremont et Marie Claude LortieCe livre met en avant l’acceptation qu’il n’existe pas de bon ou de mauvais aliment, tout en nous aidant à prendre conscience que le meilleur indicateur pour atteindre et maintenir un poids naturel stable est l’écoute de nos signaux de faim et de satiété. Cette façon de prendre en charge la perte de poids permet de tranquillement abandonner nos fausses croyances et notre combat envers certains aliments. L’abandon de la restriction et de la culpabilité permet de savourer et redécouvrir le plaisir de manger selon ses besoins et ses envies.

En consultation, je recommande ce livre à tous mes clients afin qu’ils puissent amorcer un changement dans leur façon de percevoir leur alimentation. Pour moi, la meilleure façon d’obtenir et de maintenir un poids naturel est de mettre de côté toutes formes de restrictions afin d’abandonner définitivement le combat envers les aliments. Le poids dit « naturel » est un poids stabilisé et qui va se maintenir sans effort en écoutant tout simplement ses propres signaux de faim et de satiété. Attention, il existe une différence entre le poids naturel et le poids idéal!

Laissez-moi vous aider à retrouver votre poids santé!

Charlotte Geroudet Dt.P.

Mai, le mois de la maladie cœliaque!

Travaillant avec une clientèle atteinte de cette maladie, je profite de l’occasion en ce mois de mai pour souligner la maladie cœliaque. Souvent méconnue, cette maladie est difficile à identifier. Elle peut néanmoins causer de nombreux problèmes nutritionnels et de santé si elle n’est pas traitée. Petit portrait de cette maladie dite parfois « silencieuse ».

Un jour, je suis devenu cœliaque…

Saviez-vous que la maladie cœliaque est une maladie chronique très courante dans le monde? Au Canada, ce serait près de 300 000 personnes, dont 76 000 Québécois qui seraient touchés par la maladie. Toutefois, plusieurs personnes seraient atteintes sans avoir obtenu de diagnostic. En effet, certaines personnes sont asymptomatiques et n’éprouvent presque aucun symptôme.

Le Gluten!Allergie gluten nutrition québec

Le gluten est un mélange de protéines qui se retrouve dans la couche externe du grain (endosperme) de plusieurs sortes de céréales. C’est le principal constituant de la protéine du blé. Il est contenu dans les céréales de seigle, d’avoine*, de blé, d’orge et de triticale (SABOT). Le gluten a la propriété de donner de la viscosité au produit. En cuisine, le gluten contenu dans les farines va permettre l’obtention de produits alimentaires tendres et moelleux. Il participe à la structure, mais également à la consistance du produit. Qui n’aime pas le bon pain de mie frais? Et bien, sachez que l’effet moelleux est en partie grâce au gluten!

Le gluten et moi, ça ne marche pas…

Le gluten est composé de plusieurs éléments protéiques. La gliadine est une de ces composantes. Parfois, certaines personnes sont indisposées par cette protéine. Elles peuvent être intolérantes ou développer une allergie. Une intolérance au gluten peut-être appelée maladie cœliaque ou entéropathie au gluten. La maladie peut se développer à n’importe quel âge, bien qu’elle ait tendance à se déclarer vers l’âge adulte (1).

La maladie cœliaque, la maladie silencieuse.

La maladie cœliaque est une maladie d’origine auto-immune héréditaire. En simple, c’est une réaction anormale déclenchée suite à la consommation d’un produit alimentaire contenant du gluten. La consommation répétée de gluten va créer des dommages à la muqueuse intestinale et perturber l’absorption des différents nutriments, vitamines et minéraux.

De nombreuses céréales contiennent du gluten et peuvent déclencher ce type de réaction. Le Seigle, l’Avoine*, le Blé, l’Orge et le Triticale ainsi que leurs dérivés contiennent du gluten. On l’appelle parfois la maladie « silencieuse », car certaines personnes intolérantes au gluten n’ont pratiquement pas de symptômes.  Malheureusement, les muqueuses intestinales elles ne sont pas épargnées. La gravité, le nombre et le type de symptômes vont varier selon les individus.

Symptômes les plus courants

Chez les adultes Chez les enfants
Problèmes digestifs, nausée Diarrhée chronique, constipation

Perte ou prise de poids

Anémie, faiblesse, fatigue importante

Maux de tête, douleurs aux articulations

Infertilité

Vomissement Retard de croissance, petit poids ou petite taille

Retard de puberté

Email dentaire anormal

Irritabilité, changement du comportement

source: Santé Canada

Pas facile à identifier, la maladie cœliaque.

Comme mentionnée précédemment, la maladie cœliaque est parfois asymptomatique pour certaines personnes. Lorsqu’un doute émerge, il est important de commencer par consulter un médecin avant d’entreprendre une alimentation sans gluten. Il est essentiel que le diagnostic soit accompagné d’examens de laboratoire fiables. Comme l’alimentation est le seul traitement reconnu, le retrait du gluten de l’alimentation est la seule solution. Si vous retirez le gluten de votre alimentation avant d’avoir consulté un médecin, vous ne pourrez pas obtenir des résultats exacts. Les données seront faussées puisque l’absence du gluten dans l’alimentation ne permettra pas d’identifier à l’aide de prises de sang ou d’une biopsie si le système immunitaire déclenche une réaction anormale au gluten.

Les complications de la maladie cœliaque.

Comme toutes les maladies chroniques, la maladie cœliaque peut amener des complications. Il est important de se rappeler que le retrait du gluten de l’alimentation a pour résultat d’empêcher le développement de ces problématiques.

La consommation répétée de gluten chez une personne cœliaque peut :

  • Développer de l’anémie
  • Favoriser l’ostéoporose
  • Augmenter les risques d’infertilité
  • Diminuer l’état de santé général
  • Contribuer au développement de certains cancers digestifs

L’alimentation, le seul remède!

À ce jour, le seul traitement pour la maladie cœliaque est le retrait total du gluten dans l’alimentation. Il est normal qu’au début l’adoption de ce nouveau mode de vie puisse sembler difficile. De fait une alimentation sans gluten nécessite la rétention et l’application de nouvelles informations nutritionnelles. Lire les étiquettes, trouver de nouveaux produits, revoir les recettes sont toutes des choses qu’une personne cœliaque va devoir intégrer à son quotidien.

Manger comme tout le monde, même avec la maladie cœliaque c’est possible!

Il y a quelques années, l’alimentation sans gluten était assez restrictive. Il n’existait pas tous les produits sans gluten, disponibles à l’heure actuelle. Fini la diète poulet, légumes, fruits… Aujourd’hui, on peut manger de la variété. Désormais, bon nombre de produits sans gluten sont savoureux et peuvent être utilisés et cuisinés pour tout le monde. La personne cœliaque n’est plus nécessairement obligée de toujours manger différemment. Faites découvrir à votre entourage divers produits tels que les pâtes de riz, les desserts sans gluten ou bien les céréales à déjeuner sans gluten.

Vivre avec la maladie.

Recevoir un diagnostic qui confirme une maladie n’est jamais bien agréable. Bien que la maladie cœliaque soit traitable, elle reste néanmoins dérangeante et nécessite toujours une certaine période d’adaptation pour la personne touchée. Il est important de se laisser du temps pour bien l’intégrer. Rappelez-vous! Une alimentation sans gluten est nécessaire pour contrôler la maladie et prévenir les complications.

 

Des ressources qui peuvent m’aider et me soutenir.

Vous n’êtes pas la seule personne atteinte de cette maladie! Au Québec, plusieurs organismes donnent de l’information et apportent du soutien aux gens cœliaques. La fondation québécoise de la maladie cœliaque est une de ces ressources. Très apprécié par les personnes cœliaques, cet organisme fournit à ses membres du soutien et un réseau. Elle divulgue de l’information se rapportant aux nouvelles recherches, donne des conseils sur l’alimentation, fournit une liste de restaurateurs ou de magasins qui offrent des produits sans gluten.

Soyez au courant, ne restez pas à l’écart!

 

Indispensable, le traitement nutritionnel!

L’alimentation sans gluten est pour le moment le seul moyen de traitement. Puisqu’un bon nombre de produits vont désormais être à éviter, il peut être ardu dans les débuts de retenir toutes les informations.

Le gluten est présent dans une très grande quantité de produits. On en retrouve entre autres dans:

  • produits de boulangerie
  • pâtes alimentaires
  • sauces et soupes comme agent épaississant,
  • dans les produits transformés, etc.

Il devient donc difficile pour la personne nouvellement diagnostiquée de savoir quoi manger. Il y a trop d’informations à assimiler. Résultat, la personne mange toujours la même chose! Cette nouvelle façon de s’alimenter requiert le changement de nombreuses habitudes alimentaires.

Afin de faciliter la transition, il est recommandé de rencontrer une diététiste-nutritionniste. Cette professionnelle de la santé sera vous faire apprendre et acquérir graduellement vos nouvelles habitudes alimentaires. Un suivi en nutrition permet à la personne cœliaque de partager ses inquiétudes et ses questionnements face à sa nouvelle alimentation. Le suivi nutritionnel est un bon moyen pour développer ses connaissances nutritionnelles, mais également prévenir les problématiques découlant d’une consommation répétée de gluten.

 

Une diététiste-nutritionniste, une source fiable d’information nutritionnelle!

Une rencontre en nutrition est une excellente manière d’amorcer votre changement alimentaire. Faites-moi confiance, venez me rencontrer chez Solution Saveur Santé. En tant que professionnelle de la santé et de l’alimentation, je saurai vous guider dans l’intégration quotidienne de votre nouvelle alimentation. Une consultation en nutrition permettra une évaluation complète de votre état nutritionnel général et vous aidera à la compréhension des changements alimentaires, nécessaires au traitement, grâce à un enseignement personnalisé. Selon vos besoins, les rencontres peuvent être ponctuelles ou avec suivi.

Déjouez votre allergie, rencontrez une nutritionniste!

Charlotte Geroudet Dt.P.

1. Cranney A, Zarkadas M, Graham I, et al. The Canadian Celiac Health Survey Dig Dis Sci. 2007;52:1087-1095.

*NB: Jusqu’à tout récemment l’avoine était considérée comme nuisible pour le traitement de la maladie cœliaque.  Cependant, selon de récentes études l’avoine pure et non contaminée serait tolérable en petite quantité. Pour plus d’information http://www.santecanada.gc.ca/coeliaque

En vedette cette semaine, les allergies alimentaires!

En tant que diététiste-nutritionniste travaillant avec des personnes touchées par une allergie alimentaire, je trouvais important de promouvoir la semaine de sensibilisation des allergies alimentaires.

Du 4 mai au 8 mai, l’association québécoise des allergies alimentaires (AQAA) souligne une problématique connue par de nombreuses personnes. Au Québec, ce serait tout près de 300 000 personnes qui seraient touchées par une allergie alimentaire. L’allergie peut être causée par un ou à plusieurs aliments. Neuf allergènes sont principalement responsables d’une réaction allergique; les oeufs, le poisson et les fruits de mer, le blé, le soya, les graines de sésame, les arachides et les noix, le lait de vache et les sulfites. Depuis les dernières années, une incidence plus élevée d’allergie alimentaire a pu être observée. Les causes de cette augmentation sont multiples.

Quoi qu’il en soi, une allergie est toujours à prendre au sérieux. Lorsque l’allergie a bien été confirmée médicalement, il est important d’effectuer un suivi nutritionnel. En effet, l’éviction de l’allergène responsable est essentielle, mais risque néanmoins de bouleverser les habitudes alimentaires. La tâche devient d’autant plus compliquée lorsqu’il s’agit d’une allergie alimentaire multiple, notamment chez les enfants.

À l’annonce du diagnostic, bon nombre de parents, dont l’enfant est allergique, sont assez craintifs par rapport aux nouvelles restrictions qu’ils devront intégrer à la routine alimentaire de leur bambin. Une consultation en nutrition peut s’avérer pertinente. Lors des rencontres individuelles, les parents peuvent bénéficier d’un enseignement personnalisé qui sera répondre à toutes leurs questions. Les enfants sont en pleine période de croissance, il est donc essentiel que leur alimentation couvre bien tous leurs besoins en vitamines, nutriments et minéraux. Le suivi nutritionnel de l’enfant allergique prend ainsi toute son importance. En tant que diététiste-nutritionniste, je m’assure lors des consultations d’évaluer et d’analyser l’alimentation actuelle afin de déceler toute problématique nutritionnelle. Mon plan d’intervention tiendra compte des besoins et attentes personnelles afin de potentialiser l’état de santé nutritionnel et permettre l’acquisition graduelle de saines habitudes alimentaires.

N’hésitez pas à prendre rendez-vous, les consultations en nutrition sont prises en charge par de nombreux régimes d’assurances. Renseignez-vous auprès de votre assureur.

Charlotte Geroudet Dt.P

Pour obtenir plus d’information sur AQAA: http://www.aqaa.qc.ca/accueil.asp

 

 

Avant, pendant et après l’entraînement, on mange quoi?

Avec l’arrivée des beaux jours, l’envie de nous remettre en forme devient fort séduisant! Plus besoins de sortir manteaux, tuques et foulards pour profiter des activités extérieures. On enfile espadrilles ou patins et nous voilà fin prêt-à-partir. Afin de profiter pleinement de votre activité, voici quelques petits conseils pratiques pour vous aider à maximiser votre entraînement et atteindre vos objectifs.

Faut-il manger avant l’entraînement?

Beaucoup de gens pensent qu’il n’est pas très important de manger avant de s’entraîner. Et bien, partiriez-vous en voyage avec une voiture dont le plein d’essence est à moitié vide? La réponse est non, c’est la même chose lorsqu’on pratique une activité physique prolongée. La raison est que vous allez demander une bonne quantité d’énergie à votre corps, d’où l’importance d’avoir suffisamment mangé afin que vous puissiez profiter de façon optimale de votre activité.

Les aliments, la meilleure source d’énergie!

Tout comme une machine notre corps à besoin de combustible pour fonctionner. Je ne vous apprendrai pas que manger est un acte essentiel pour la survie!

Notre alimentation est vitale puisqu’elle permet à notre organisme de combler tous ses besoins et nous assurer un certain niveau d’énergie. Cette énergie est fournie par 3 macronutriments soient les glucides, les lipides et les protéines. Chacun d’eux remplit une fonction bien précise et permet au bon fonctionnement du corps humain.

Macronutriments Sources Rôles
Glucides Produits céréaliers (pâtes, riz, céréales, couscous, etc.) fruits et légumes, produits laitiers. Meilleure source d’énergie.Énergie disponible rapidement.

Réserve d’énergie (glycogène).

Contribue à la concentration.

Lipides Matières grasses (huiles, margarines, beurre, etc.) viande et substituts, produits laitiers Réserve d’énergie (masse adipeuse).

Transport des vitamines liposolubles (Vitamine A, D, E, K).

Protéines Viandes (coupes maigres de préférence), œufs, poissons, légumineuses, tofu, produits laitiers Aide au développement et à la réparation musculaire.Favorise la croissance.

Participe au maintien d’un bon système immunitaire.

Procure de l’énergie sur une plus longue période.

Aide à prévenir les baisses d’énergie.

Contribue à la satiété.

Bien manger, pour s’entraîner efficacement!

Rappelez-vous que le type, la durée et le temps entre le repas et l’activité physique peuvent faire varier les choix alimentaires. Toutefois, avant une activité, il est préférable de ne pas consommer des aliments contenant beaucoup de sucres ajoutés (ex : bonbons, biscuits, miel…) ou ceux qui ont une teneur élevée en matières grasses. En effet, il est préférable qu’avant un entraînement, les aliments soient le plus digestible possible et tout en fournissant de l’énergie sur période continue. Il est donc important d’éviter les sucres simples, car ils ont la capacité de fournir une importante source d’énergie, mais sur une très courte période. Cette absorption rapide contribue à la variation du glucose sanguin ce qui peut mener à des baisses subites d’énergie (hypoglycémie) et nécessiter l’arrêt de l’activité.

3 à 4h avant l’entraînement 2h avant l’entraînement 1h avant l’entraînement
Complet Léger Très léger (collation)
Sandwich à grains entiers au poulet + crudités+ fruit frais+ lait Parfait aux fruits(Yogourt+ fruits + quelques céréales) Yogourt
Pâtes alimentaires au thon et légumes+ salade+ yogourt Soupe aux légumes + fromage + craquelins Boisson au lait (smoothie)
Poisson + riz + légumes + salade de fruits + lait Barre de céréales santé + lait + fruits Fromage

Après l’entraînement, j’ai faim.

Il est bénéfique de manger après une activité physique puisque le corps a besoin de refaire ses réserves d’énergie. Il est donc important de manger dans les 30 minutes suivant la fin de l’entraînement. C’est en effet durant cette période que le corps est le plus enclin à absorber les aliments afin de refaire ses réserves d’énergie et réparer les dommages musculaires.

Trois trucs pour choisir une collation après un entraînement:

  1. Pensez à choisir une collation qui contient une bonne quantité de liquides. Ceci vous aidera à vous réhydrater.
  2. Choisissez des aliments qui vous fourniront une bonne quantité de glucides.
  3. Votre collation devrait contenir des protéines afin d’aider à la réparation musculaire.

Suggestions de collations nutritives :

Yogourt

Barre de céréales santé

Boisson de soya

Lait au chocolat

Boisson au lait (smoothie)

Fromage et fruit frais

Jus de fruits + quelques noix et graines

Saviez-vous que le lait au chocolat est un excellent aliment à consommer après un entraînement?

Et oui!!! Cette collation rapide, économique et pratique contient tous les éléments essentiels nécessaires pour refaire le plein d’énergie à la suite d’une activité physique. Un verre de 250 ml fournit presque 28g de glucides et 9g de protéines ce qui en fait un bon choix de collation. La prochaine fois, n’hésitez pas à boire un verre de lait au chocolat!

En terminant, n’oubliez pas qu’il est très important de vous hydrater durant l’activité. Pensez à boire avant, pendant et après l’entraînement!

Charlotte Geroudet Dt.P.

L’ABC d’une alimentation équilibrée!

Manger «santé» peut parfois sembler compliqué? Le manque de temps, d’idées ou de ressources sont des obstacles qui peuvent nous décourager et finir par nous convaincre qu’avoir une saine alimentation relève de l’exploit!  L’assiette santé, un outil facile pour nous aider à adopter sans difficulté une alimentation variée et équilibrée.

Bon ou mauvais?

Avant tout chose, il est important d’éclaircir une croyance populaire très répandue en matière d’alimentation. Il n’existe pas de bon ou de mauvais aliments! Difficile à croire, mais ce n’est pas l’aliment en lui-même le responsable. En réalité, c’est la quantité et la fréquence auxquelles on va consommer de cet aliment qui peuvent être responsables de nos diverses problématiques nutritionnelles. Il ne faut donc pas pointer du doigt un aliment en particulier et lui incomber toute la responsabilité de notre problème de santé.

Manger « santé » ça veut dire quoi?

À l’heure actuelle, manger santé est, pour beaucoup, un synonyme de manger léger. Le message souvent véhiculé est qu’un aliment santé ne doit pas être gras, salé ou sucré. Résultat, on croit à tort que les aliments réguliers sont à exclure de notre alimentation. Notre solution, la multitude de produits réduits en calorie, en sucre, en gras, en sel etc.

Les produits faibles en calories ont la côte, mais les consommer veut-il réellement dire bien manger? Mon opinion sur le sujet, je suis certaine que mes collègues nutritionnistes seraient d’accord, est qu’il est préférable de manger un aliment régulier en le dégustant, que d’engloutir un produit allégé.

Lorsqu’on fait des choix alimentaires, il est important de ne pas uniquement considérer la valeur énergétique de l’aliment. Ce n’est pas la teneur en calorie d’un produit qui devrait influencer notre consommation. Le plus important lorsqu’on mange, c’est de toujours essayer de respecter nos signaux de faim et de satiété. Si vous savez bien reconnaître ces signaux, vous n’aurez aucune difficulté à maintenir un poids santé tout en ayant une alimentation goûteuse et savoureuse. Tout est une question de modération!

Afin de maintenir un état de santé optimal, le corps humain puise ses ressources et son énergie dans les divers nutriments, minéraux et vitamines qui proviennent de l’alimentation. Afin d’avoir un maximum d’énergie, il est important de fournir à son organisme une alimentation de qualité afin de combler tous ses besoins nutritionnels. Notre alimentation doit contenir une variété d’aliments provenant des quatre groupes alimentaires canadiens, soit :

  • Les légumes et les fruits
  • Les produits céréaliers
  • Les produits laitiers
  • Les viandes et substituts

Les portions recommandées, pour chacun des quatre groupes, peuvent varier selon l’âge, le sexe, le niveau d’activité, physique, etc.

Manger équilibré, c’est facile avec l’assiette santé!

Les divers professionnels de la santé s’entendent pour dire qu’une alimentation équilibrée aide à maximiser l’état de santé en contribuant à la prévention de diverses maladies chroniques. Pour nous aider, l’assiette santé est un excellent outil qui nous permet de composer rapidement un repas équilibré. Le point intéressant, les images d’aliments. Elles nous aident à distinguer les aliments selon chacun des  groupes alimentaire. Ainsi, on apprend à composer un repas équilibré en veillant à représenter un aliment provenant de chacun de ces groupes.

Cette assiette est généralement séparée en trois sections selon différentes proportions:

  • ¼ de l’assiette pour le groupe des viandes et substituts
  • ¼ de l’assiette pour le groupe des produits céréaliers
  • ½ de l’assiette pour le groupe des fruits et légumes

 

Si l’appétit est toujours là, on peut compléter le repas avec un dessert qui provient du groupe des produits laitiers. Pourquoi ne pas terminer avec un blanc-manger, du yogourt ou de la crème glacée? Ce modèle alimentaire, nous aide donc à manger en ayant au moins un aliment représentant chacun des groupes alimentaires.

Vous avez sûrement remarqué que la moitié de l’assiette est réservée pour les fruits et les légumes? La raison est simple. Ces aliments contiennent une bonne quantité de vitamines et de minéraux tout en fournissant des fibres à notre l’alimentation. Les fibres aident entre autres à la régularisation intestinale, au ralentissement de l’absorption des glucides et à l’atteinte du sentiment de satiété. Riche en antioxydants les végétaux nous aident à nous protéger contre les radicaux libres. Les fruits et les légumes devraient faire partie intégrante de notre alimentation. Chaque jour, essayez d’inclure à votre alimentation l’équivalent de 5 portions de fruits et légumes!

 

Rappelez-vous que bien manger ce n’est pas compliqué! Le plus important, c’est de faire en sorte que le repas soit un moment privilégié où l’on fait place à la variété, au goût et au plaisir.

 

Charlotte Geroudet Dt.P.

 

Assiette santé: Harmonie Santé.

Connaissez-vous votre IMC ?

L’IMC, pas si compliqué!

L’IMC ou indice de masse corporelle est un moyen de mesurer le poids d’une personne en fonction de sa grandeur. Il permet de vérifier si le poids de la personne se situe dans l’intervalle de poids santé. Lorsque le poids est supérieur ou insuffisant au poids santé, l’IMC permet d’évaluer le risque potentiel de développer un problème de santé ou de développer une maladie chronique (hypertension, diabète…)

RAPPELEZ-VOUS! L’IMC ou indice de masse corporelle ne peut pas être utilisé pour les personnes de 18 ans et moins, les femmes enceintes ou qui allaitent.

Comment calculer son IMC ?

Formule:  Poids (Kg) / Taille (m) au carré

 

Calculter votre IMC en cliquant ici

Tableau de classification du risque en fonction de l’IMC

Classification du risque pour la santé en fonction de l’indice de masse corporelle (IMC)
Classification Catégorie de
l’IMC (kg/m2)
Risque de développer
des problèmes de santé
Poids insuffisant < 18,5 Accru
Poids normal 18,5 – 24,9 Moindre
Excès de poids 25,0 – 29,9 Accru
Obésité, classe I 30,0 – 34,9 Élevé
Obésité, classe II 35,0 – 39,9 Très élevé
Obésité, classe III >= 40,0 Extrêmement élevé

Source : Santé Canada

Note : Dans le cas des personnes de 65 ans et plus, l’intervalle «normal» de l’IMC peut s’étendre à partir d’une valeur légèrement supérieure à 18,5 jusqu’à une valeur située dans l’intervalle «excès de poids ».

Rappelez-vous!

L’IMC ou indice de masse corporelle n’est pas infaillible. En effet, cette mesure ne prend pas en considération la masse adipeuse, osseuse ou musculaire de l’individu. Une personne sportive, grande et musclée peut donc avoir un IMC supérieur à 25 et se trouver dans la catégorie excès de poids. En réalité, cette personne aurait très peu de risque d’avoir un problème de santé relié à son poids.

Afin d’obtenir une juste analyse de votre poids, une rencontre avec une diététiste-nutritionniste serait pertinente. En effet, lors de l’analyse de l’IMC, la diététiste va prendre en considération d’autres facteurs tels que les habitudes de vie, la condition physique et les antécédents de la personne. Elle va également considérer le tour de taille, qui est une bonne mesure pour évaluer le risque potentiel de maladies chroniques. Tous ces éléments d’évaluation sont vus lors d’une première rencontre en nutrition afin que ayez un aperçut global de votre état de santé nutritionnel.

 

Charlotte Geroudet Dt.P

Végétarien pour une journée!

Saviez-vous qu’il faut presque 7 kg de végétaux pour produire 1 kg de viande? Produire de la viande est plus polluant puisqu’elle demande beaucoup plus de ressources comme de l’eau et de la terre. En effet, il a été observé qu’il faut presque 4.5 fois plus de terre agricole pour une production de viandes par rapport aux végétaux (1). Au moment où l’écologie et l’économie sont sur la sellette, l’initiative du «Lundi sans viande» prend tout son sens.

C’est quoi le Lundi sans viande?

Au Québec, la campagne «Lundi sans viande» a été lancée au cours de l’Expo Manger Santé et Vivre Vert à Montréal et à Québec. Le concept? L’absence complète de viande durant toute une journée. Pas de viandes, de poissons ou de produits laitiers. À la place, on utilise les légumineuses, on découvre les céréales telles que le quinoa ou le millet, on essaye le tofu ou l’on se régale avec les noix et les graines. Bon pour le porte-monnaie, mais également pour la santé, ne pas manger de viandes pendant une journée est bénéfique. La viande est une très bonne source de protéines, fer, zinc et vitamines du complexe B, mais elle fournit également des gras saturés et du cholestérol. Une consommation régulière et abondante de viandes peut contribuer aux développements de certaines maladies chroniques, notamment les maladies cardiovasculaires et certains cancers. Selon les recommandations, nous ne devrions pas consommer plus de 500g de viandes de boucherie par semaine (2). Le «Lundi sans viande» est donc une excellente façon de ne pas dépasser la portion recommandée. Cette initiative est également pratiquée dans d’autres pays tels que la France, les États-Unis, le Brésil, la Hollande, la Finlande et à Taïwan. Pourquoi le lundi? Et bien, il semblerait qu’une résolution prise en début de semaine a plus de chance d’être appliquée à long terme.

Être végétarien à temps partiel, c’est bon pour la santé!

Une alimentation riche en fruits, en légumes, en céréales entières, en noix et en grains est excellente pour la santé. Élevés en vitamines et minéraux, les végétaux fournissent des antioxydants qui nous protègent contre les radicaux libres. Peu élevés en calorie, mais élevés en fibres et en eau, les végétaux permettent un bon contrôle du poids en aidant au sentiment de satiété. Les légumineuses fournissent également une bonne quantité de protéines. Une tasse (250 ml) de haricots rouges contient environ 16g de  protéines végétales. Afin de compléter le repas, on les accompagne d’une tranche de pain ou de quelques craquelins. Pour obtenir la même quantité de protéine, mais d’origine animale, il faudrait manger l’équivalent de 60g de poitrine de poulet ou  50g de bœuf haché. Les légumineuses sont donc une excellente solution pour remplacer la viande et inclure des protéines à notre alimentation.

Lundi, on mange quoi?

Économique et pratique, manger végétarien n’est pas très compliqué. Voici quelques idées pour vous aider à intégrer à votre quotidien cette nouvelle alimentation.

Déjeuner:

  • Tranches de pain de blé entier
  • Beurre d’arachide naturel
  • Boisson de riz ou soya
  • Fruit

Dîner:

  • Salade de légumineuses
  • Jus de légumes
  • Tranche de pain de blé entier
  • Pouding à base de boisson de soya

Collation: légumes en trempette avec houmous

Souper:

  • Tofu au Cari, légumes sautés et riz sauvage
  • Jus de légumes
  • Salade de fruits et biscuit à l’avoine

Collation: quelques noix et amandes

L’alimentation végétarienne est une nouvelle façon d’inclure davantage de légumes, fruits, légumineuses, noix et graines à votre quotidien. Une fois par semaine, découvrez une alimentation différente, mais riche en saveur. Bénéfique pour votre santé et pour l’environnement, je vous encourage vivement à adhérer au «Lundi sans viande».

Pour plus d’information: http://www.lundisansviande.net/

Charlotte Geroudet Dt.P.

1. Martin, Pamela. « Study analyzing the environmental impact of an American diet based on meat versus a diet based on Vegetables ». University of Chicago, 2009. http://www.earthsky.org/interviewpost/agriculture/scientist-says-health-of-planet-and-people-are-linked []

2. PNNS – Nutrition & Prévention des cancers : des connaissances scientifiques aux recommandations, 2009. Dans cette brochure, on entend par viande rouge ce qui correspond en fait aux viandes de boucherie en France.

 

Je signe pour la beauté en santé!

Il est grand temps que la beauté se refasse une santé. Pendant de nombreuses années, la beauté idéale nous était présentée par des mannequins squelettiques et décharnées sans aucune forme ou rondeur. Les attributs féminins devaient être inexistants. Malheureusement, ce type de modèle corporel ne correspond pas à une grande majorité de femmes.  Beaucoup de jeunes femmes se sont donc comparées à des icônes de beauté, souvent retouchées à l’ordinateur. Résultat, elles comparent leur image personnelle avec des modèles retravaillés, ce qui contribue à embrouiller la perception d’ un corps en santé tout en dévalorisant leur propre image corporelle…

Afin d’aider à la valorisation de la santé, de la diversité et de la beauté, faites comme beaucoup de Québécois et Québécoises en signant la Charte québécoise pour une image corporelle saine et diversifiée! Cette initiative est le début d’un changement pour la promotion de la beauté en santé. Aidez à revaloriser la perception de l’image corporelle de nombreuses filles et femmes!

Charlotte Geroudet Dt.P.

L’alcool, des calories insoupçonnées !

Saviez-vous que les boissons alcoolisées style « Drink de filles » peuvent fournir une quantité importante de calories! Très appréciées par la gente féminine, ces cocktails sont souvent très caloriques. Pas de panique, tout est question de modération!

 

Comparons nos cocktails préférés !

Le célèbre Cosmopolitan, beaucoup de filles l’apprécient. Pour un verre de 100 ml c’est à peu près 182 calories. Un verre pas de problème, mais trois verres et s’est près de 550 calories dans une seule soirée. Désolation… les calories liquides n’ont pas la propriété de rassasier très longtemps, en plus de stimuler l’appétit. Saviez-vous qu’une personne prenant un apéritif aura tendance à manger l’équivalent de 200 calories supplémentaires dans son repas! La consommation régulière d’alcool peut donc mener à un gain de poids en agissant sur les signaux de faim et de satiété.

Les coktails et leurs calories

Comparons quelques cocktails exotiques tels que le Daiquiri ou le Pina Colada. Ces derniers sont encore plus élevés en énergie. Une consommation de 250 ml (1 verre moyen), va fournir l’équivalent de 475 calories. Imaginez si pris régulièrement… ces boissons peuvent contribuer au gain de poids, en raison de leur valeur énergétique très élevée. Les boissons de type coolers ou toutes autres boissons pétillantes alcoolisées ne sont guères mieux. En moyenne, une bouteille de 341ml va fournir 160 calories. Finalement, la meilleure solution c’est le vin rouge. Un verre de 125 ml ne fournit que 90 calories en plus de contenir des antioxydants.

Rappelez-vous que c’est le degré d’alcool présent dans la consommation qui va influencer sa valeur énergétique. En effet, plus le pourcentage d’alcool est élevé, plus les calories sont élevées. Cependant, une ou deux consommations occasionnellement ne sont pas problématiques. N’oubliez pas que la modération est la meilleure façon de prévenir un excès énergétique qui peut mener à une prise de poids.

Bon 5 à 7 …

Charlotte Geroudet Dt.P.

Un dessert oui…non…peut-être…?

Parfois aimé et désiré, le dessert est pour beaucoup de personnes, le moment préférer du repas. Tous les gourmands s’entendent pour dire que le dessert a la capacité de nous faire légèrement oublié la réalité le temps de quelques bouchées… À l’inverse, le dessert peut aussi être redouté. Incarnant toutes les tentations, le moment du dessert est pour certaines personnes une lutte personnelle entre la tentation, la restriction et la raison…

Cette privation amène souvent des comportements compulsifs vis-à-vis de certains aliments. L’explication est simple, une restriction prolongée a le potentiel de développer une certaine forme d’ obsession, ce qui peut pousser la personne à consommer cet aliment de manière compulsive. Beaucoup disent « perdre le contrôle » lorsqu’il se retrouve devant l’aliment interdit. Ce sentiment est tout à fait normal puisque la restriction amène la tentation! Il est donc préférable de se faire plaisir en s’accordant des occasions pour satisfaire sa gourmandise.

Un dessert santé, pas si compliqué!

Le dessert est l’occasion de terminer agréablement le repas. Attention, il est important de cesser de manger lorsque vous n’avez plus faim. Le dessert n’est jamais une obligation, ni un élément de négociations. Il est parfois tentant de priver les enfants de dessert s’ils ne terminent pas leur assiette principale mais ce type de punition restrictive peut mener au développement de comportements conflictuels par rapport à certains aliments. Il est donc important de bien respecter ses signaux de faim et de satiété.

Le dessert est un moment pour laisser aller son imagination et créer de nouvelles combinaisons d’aliments. Il est évident que les desserts n’ont pas tous la même valeur énergétique. On essaie donc de consommer modérément les desserts de type pâtisserie, viennoiserie car ils contiennent généralement une quantité importante de gras et de sucre. À la place, on priorise les desserts à base de fruits ou de produits laitiers. Pour un peu plus de fantaisie, on en profite pour y ajouter quelques graines ou des noix. Le granola est excellant pour rendre un dessert croustillant.

Mon dessert santé, Le Délice étoilé!

Ingrédients: 125 ml de yogourt à la vanille, 3 à 4 fraises fraîches, 45 ml ou 3 c. à table de granola, quelques tranches de carambole.

  • Déposer le granola dans le fond du verre
  • Ajoutez le yogourt et les tranches de fraises
  • Déguster

Un dessert santé est très facile à préparer, bon pour la santé et agréable à déguster… Pas besoin de s’en priver!

 

 

Charlotte Geroudet Dt. P.

 

Photo réalisée par StéphanieC Photographe

%d blogueurs aiment cette page :